13, avenue Léopold Héder
97300 Cayenne
Président Jérémy Fernandez Bilbao
Contact Anaïs Durand
T. 06 94 42 09 19

Email de la MA
Participation aux journées du patrimoine les 19 et 20 septembre 2015!
Lancement de la cartographie de 78 curiosités architecturales dans Cayenne
     
ACTIONS ET RESSOURCES
 

Regards croisés sur la ville d’outre-mer

 

Planter des bancs à Cayenne…

Faire pousser du lien social

 

 

La Maison de l'Architecture de Guyane (MAGUY) propose de mettre ses compétences au service de la population de Cayenne pour que les habitants puissent s'approprier l'espace public en participant à l'aménagement urbain par la création et l'installation de bancs dans les différents quartiers de la ville.

La particularité de ce projet citoyen et urbanistique consiste à confier à des groupes de jeunes, issus de milieux très différents (étudiants, lycéens, déficients visuels et auditifs, jeunes mineurs sous main de justice en voie d’insertion), le pilotage logistique et communicationnel du projet.

Actuellement, quatre quartiers sont concernés (Mont-Lucas, Route Tarzan, Quartier Chinois, Cité Mirza, les jeunes peuvent se rattacher au quartier de leur choix.

D’autres quartiers sont susceptibles de s’agréger à l’opération en cours de route. Tout dépend de la volonté citoyenne des habitants.

Chaque projet de quartier consiste à la conception, la réalisation et l'installation de bancs publics dans des lieux de vie (espace public) adéquats, sélectionnés par les habitants.

Chaque groupe de jeunes (étudiants, jeunes en difficulté sociale, handicapés, déficients visuels, lycéens, apprentis ébénistes etc.) va mener, dans son quartier, une enquête de type "sociologique" pour connaître les besoins et les désirs des habitants dans le domaine de l'installation de bancs (questionnaires, sondages administrés par tous les jeunes avec l'aide d'enseignants volontaires de l'IUT).

Ces données seront ensuite rendues publiques (devant les habitants dans les maisons de quartier) et déclencheront la deuxième phase, la conception et la création des bancs souhaités. Les bancs pourront être de deux types soit une œuvre d'art unique (réalisée par un artiste) soit une déclinaison de bancs classiques (réalisés par les jeunes et les habitants avec l’aide de professionnels).

La troisième phase étant l'installation de ces bancs dans l'espace public choisi par les habitants mais en respectant des normes urbaines, environnementales et écologiques.

Les bancs seront réalisés par des artistes ou entrepreneurs locaux dans différents matériaux. Des bancs classiques déclinés sur un certain espace à vocation multiple (attendre le bus, se mettre à l'ombre, papoter sur une place, flâner, attendre son enfant devant une école etc.) aux bancs les plus élaborés (protection de la pluie, du soleil).

Ce projet se veut à la fois pédagogique (inciter la jeunesse à s’intéresser à l'espace public comme lieu d’échange entre la nature et les hommes), social (les habitants sont invités à se réapproprier leur quartier) et politique (au sens où il devrait inciter les décideurs à consulter davantage la population sur l'aménagement urbain, notamment).

Tous les quartiers de Cayenne sont susceptibles d'être concernés. La constitution d’équipes très hétérogènes de jeunes et de moins jeunes devrait contribuer à créer un esprit de partage et de convivialité entre des personnes qui ne se ressemblent pas et évitent de se rencontrer par méfiance ou méconnaissance de l'autre.

Chaque jeune dans son quartier sera amené à découvrir, de la plus belle façon qui soit, comment toutes les générations du quartier appréhendent l'idée du banc, espace intime dans l'espace public.

Une exposition de photographies installée avenue d’Estrées, où trois photographes professionnels ont saisi sur le vif des scènes de « pause » dans les quartiers de Cayenne, a donné le coup d'envoi du projet en novembre 2011  (photos de l’inauguration sur le site). L’exposition à vocation itinérante circulera dans tous les quartiers concernés jusqu’à la fin de l’action.

Les étudiants de l’IUT, engagés dans le projet, sont allés le défendre sur Guyane 1ère, dans l’émission emblématique de Gilles Vernet « TNT ». Ambiance enthousiaste (photos sur le site).

 

Le slogan de l’exposition de photographies est en créole, il dit toute la force de l'imaginaire du banc dans la vie des Guyanais:

A ban kourt ki fè gogo kontré!!

(C'est le banc court qui fait les fesses se rencontrer)

 

On ne peut mieux dire...

 

Tout personne, souhaitant participer à notre projet, peut nous contacter au 0694401399, soit en écrivant à la Maison de l'architecture de la Guyane ma.guyane@yahoo.fr

Pour nous retrouver sur Guyane 1ère (RFO) cliquez ici: